Friday, 19 July 2024, 2:02 PM
Site: UN Women Training Centre eLearning Campus
Course: UN Women Training Centre eLearning Campus (Home)
Glossary: Glossaire d'égalité de sexes
D

Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes

En 1993, l’Assemblée générale a adopté la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui complémente les efforts de la CEDEF pour éliminer la violence à l’égard des femmes. La Déclaration définit «la violence à l’égard des femmes» comme tout acte de violence sexiste qui cause, ou est susceptible de causer aux femmes, un préjudice physique, sexuel ou psychologique ou des souffrances, y compris les menaces de tels actes, la coercition ou la privation arbitraire de liberté, dans la vie publique ou privée. Elle stipule que la violence à l’égard des femmes s’entend comme englobant, sans y être limité, la violence physique, sexuelle et psychologique commise au sein de la famille, dans l’ensemble de la communauté, et perpétrée ou tolérée par l’État. Enfin, la Déclaration stipule que les États devraient condamner la violence à l’égard des femmes et ne pas invoquer des considérations de coutumes, de tradition ou religieuses pour se soustraire à leurs obligations de l’éliminer.

Source: Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Développement durable

Il existe beaucoup de définitions du développement durable, y compris cette définition historique qui a paru pour la première fois dans le Rapport Bruntland des Nations Unies de 1987: «Le développement durable est le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins». Le Document final du Sommet mondial des Nations Unies de 2005 désigne le développement économique, le développement social et la protection de l’environnement commeles piliers complémentaires du développement durable qui se renforcent mutuellement..

Source: Nations Unies (1987). «Report of the World Commission on Environment and Development». Résolution de l’Assemblée générale 42/187, 11 décembre 1987; Organisation mondiale de la santé (2004) 2005 World Summit Outcome Document.

Discrimination à l’égard des filles et des femmes

La discrimination à l’égard des filles et des femmes désigne, directement ou indirectement, le traitement différent des filles et des femmes et des garçons et des hommes, de manière à les empêcher de jouir de leurs droits. La discrimination peut être directe ou indirecte. La discrimination directe à l’égard des filles et des femmes est généralement plus facile à reconnaître car elle est évidente. Ainsi, dans certains pays, les femmes n’ont pas le droit légal à la propriété, se voient interdire par la loi d’occuper certains emplois, ou les coutumes communautaires pourraient empêcher les filles à poursuivre des études supérieures. La discrimination indirecte à l’égard des filles et des femmes peut être difficile à reconnaître. Elle désigne des situations qui peuvent sembler impartiales mais qui engendrent un traitement inégal des filles et des femmes. Ainsi, un emploi d’agent de police peut établir des critères minimaux de taille et de poids que les femmes auraient du mal à remplir. Par conséquent, elles n’auraient pas la possibilité de devenir agents de police.

Source: UNICEF (2011) La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en quelques mots. À l’usage des adolescents.

Discrimination multiple

Il s’agit d’un concept employé pour décrire le caractère complexe de la discrimination fondée sur plus d’un motif, connue aussi comme «additive», «accumulative», «composée», «intersectionnelle», «parti-pris complexe» ou «inégalités pluridimensionnelles». Même si elle est déconcertante en apparence, la terminologie se rapporte en particulier à deux situations: (1) lorsqu’une personne est confrontée à plus d’une forme de discrimination fondée sur divers motifs (ex. le sexe plus la discrimination fondée sur un handicap, ou le sexe plus l’orientation sexuelle). Dans ces cas, toutes les femmes et toutes les personnes handicapées (hommes et femmes) sont susceptibles d’être confrontées à la discrimination. (2) lorsque la discrimination n’affecte que les personnes qui appartiennent à plus d’un groupe (par ex. seulement les femmes handicapées, pas les hommes handicapés), également connue comme discrimination intersectionnelle.

S’agissant de la discrimination à l’égard des femmes, la Recommandation générale no. 25 de la CEDEF énonce comme suit: «Certaines femmes, outre la discrimination à laquelle elles sont soumises en tant que telles, peuvent être confrontées à divers types de discrimination fondés sur d’autres caractéristiques telles que la race, l’ethnie, la religion, le handicap, l’âge, la classe, la caste ou d’autres considérations. Cette discrimination frappe surtout certains groupes de femmes, ou, parfois, des hommes aussi, mais de manière et à des degrés différents. Les États parties doivent envisager de prendre des mesures temporaires spéciales pour éliminer ce type de discrimination et la combinaison d’effets préjudiciables qu’elle engendre».

Source: Sheppard, Colleen. 2011. Multiple Discrimination in the World of Work, Working Paper no. 66, Organisation internationale du travail: Genève.

Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, Recommandation générale no. 25 sur des mesures temporaires spéciales, article 4, paragraphe 1.

Disparité entre les sexes

Le terme «disparité entre les sexes» désigne toute disparité relative à la condition ou position sociale entre femmes et hommes. Le terme est souvent utilisé pour désigner un écart dans les salaires moyens des femmes et des hommes - «l’écart salarial entre les sexes». Toutefois, les disparités entre les sexes peuvent se retrouver dans d’autres domaines, comme les quatre piliers qu’utilise le Forum économique mondial pour calculer son indice d’inégalité entre les sexes, à savoir: participation et perspectives économiques, niveau d’éducation, santé et survie et autonomisation politique.

Source:Voir Hausmann, Ricardo, Laura D. Tyson, Saadia Zahidi, Éditeurs (2012). «The Global Gender Gap Report 2012». Forum économique mondial, Genève, Suisse.

Diversité sexospécifique

La diversité sexospécifique est un terme qui reconnaît que les préférences et les moyens d’expression personnelle de nombreux individus dérogent aux normes sexospécifiques généralement acceptées.

Source: Gender Spectrum, Understanding Gender

Division sexospécifique (ou sexuelle) du travail

Il s’agit d’un concept important de l’analyse sexospécifique de base qui permet de mieux saisir les rapports sociaux et est un point de départ pour changement durable par le développement. La division du travail désigne la manière dont une société procède à la division du travail entre hommes et femmes, garçons et filles, selon des rôles sexospécifiques socialement définis ou ce qu’elle considère comme étant un travail correct et approprié pour chaque genre. Quiconque prévoit une intervention communautaire doit connaître et comprendre la division du travail et l’affectation des actifs ventilés par sexe et par âge pour chaque communauté concernée par des interventions de développement. La division du travail comprend plusieurs types de rôles:

Rôles productifs: Activités exercées par des hommes et des femmes pour produire des biens et des servicesdestinés à la vente, à l’échange, ou pour répondre aux besoins de subsistance de la famille.

Rôles reproductifs: Activités nécessaires pour assurer la reproduction de la main d’œuvre d’une société. Cela englobe les travaux ménagers comme le nettoyage, la cuisine, la maternité, l’éducation, et les soins dispensés aux membres de la famille. Ces tâches sont principalement assurées par les femmes.

Rôle de gestion communautaire: Activités principalement exercées par des femmes au niveau communautaire, comme un prolongement de leur rôle reproductif, pour assurer la fourniture et l’entretien des maigres ressources de consommation collective comme l’eau, les soins de santé et l’éducation. Il s’agit d’un travail volontaire non-rémunéré effectué pendant le "temps libre".

Rôle politique communautaire: Activités exercées principalement par les hommes au niveau communautaire, souvent dans le cadre de la politique nationale. Ce rôle de leadership officiellement reconnu peut être rétribué directement ou conduire à un pouvoir accru et un meilleur statut social.

Triple rôle: Cela se rapporte au fait que les femmes ont tendance à effectuer des journées de travail plus longues et plus fragmentées que les hommes du fait qu’elles remplissent généralement trois rôles: reproductif, productif et travail communautaire.

Données ventilées par sexe

Les données ventilées par sexe sont des données croisées par sexe, fournissant des renseignements séparés pour les hommes et les femmes, les garçons et les filles. Les données ventilées par sexe mettent en évidence les rôles, les situations réelles, l’état général des femmes et des hommes, des garçons et des filles dans tous les aspects de la société - taux d’alphabétisme, niveaux d’éducation, propriété d’entreprises, emploi, écarts salariaux, dépendants, propriété résidentielle et foncière, prêts et crédit, dettes, etc. Lorsque les données ne sont pas ventilées par sexe, il est plus difficile de déceler les inégalités réelles et potentielles. Les données ventilées par sexe sont indispensables à une analyse sexospécifique efficace.

Source:UNICEF, FNUAP, PNUD, ONU Femmes. «Gender, Equality UN Coherence and You»; UNESCO (2003) Gender Mainstreaming Implementation Framework.

Droits de l’homme ou droits humains

Les droits de l’homme ou droits humains sont généralement compris comme les droits qui sont inhérents à l’être humain. Le concept des droits de l’homme ou droits humains reconnaît le droit de chaque individu de jouir de ses droits humains et ce sans distinction fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou autre opinion, les origines nationales ou sociales, le patrimoine, la naissance ou tout autre état. Les droits humains sont juridiquement garantis par le droit des droits des droits humains, qui protège les individus et les groupes de tous les actes portant atteinte aux libertés fondamentales et à la dignité humaine. Ils sont exprimés dans des traités, le droit international coutumier, des ensembles de principes et autres sources de droits. Le droit des droits humains fait obligation aux États d’agir d’une certaine manière et leur interdit de se livrer à certaines activités.

Tous les droits humains et instruments les concernant s’appliquent de la même manière aux hommes et aux femmes. En outre, la CEDEF a précisé et complété certains d’entre eux du point de vue des droits des femmes.

Source: Haut-Commissariat des Nations Unies. Human Rights. A basic handbook for the UN staff.

Droits reproductifs

Les droits reproductifs reposent sur la reconnaissance du droit fondamental de tous les couples et de toutes les personnes de décider librement et de façon responsable du nombre de leurs enfants, de l’espacement et du moment de leur naissance, et de disposer des informations et des moyens de le faire, ainsi que du droit au meilleur état de santé possible en matière de sexualité et de procréation. Ces droits comprennent également le droit de chacune et chacun de prendre des décisions relatives à la procréation sans discrimination, coercition et violence.

Source: Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement. Genève. Nations Unies, para. 7.3.

Droits sexuels

Les droits sexuels englobent les droits de l’homme (ou droits humains) déjà reconnus dans les législations nationales, les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme et autres documents adoptés par consensus. Ceux-là incluent le droit de toutes et tous, sans coercition, discrimination et violence: au meilleur état de santé possible en matière de sexualité, y compris l’accès aux services de santé sexuelle et génésique; de rechercher, de recevoir et de communiquer des informations relatives à la sexualité, à l’éducation sexuelle; au respect de l’intégrité corporelle, du choix du partenaire; de décider d’être ou pas actif(ve) sur la plan sexuel; aux rapports sexuels consensuels; au mariage consensuel; d’avoir des enfants ou non, et à quel moment; et d’avoir une vie sexuelle satisfaisante, sans risques et épanouie.

Source: Organisation mondiale de la santé. Santé sexuelle et reproductive.